Tunisie 2012

RAID 4X4 TUNISIE EQUIPRAID

Samedi 27, le grand rendez vous;

Cette année pas de grandes embrassades sur le port de Gênes. Nous avons embarqué très rapidement, y aurait-il quelque chose de changé avec ce beau bateau tout neuf ? Nous avons donc pris possession de ce bâtiment. Les grands moments de ce raid ont commencé sur le port où notre ami Yves est arrivé juste au moment de la fermeture du navire. Un souci mécanique  sur la route à bien failli voir s’envoler  la perspective de ce raid, mais tout s’est bien terminé pour Michèle et Yves. Nous sommes tout de même partis comme d’habitude, c’est-à-dire bien tard, la nuit était déjà  installée depuis longtemps.

Dès la sortie du port le bateau s’est mis à bouger et cela pendant presque toute la traversée, rien de grave. Les petits groupes se sont formée, l’ambiance était là, les anciens se sont chargés du relationnel  comme de coutume.  Ne pas oublier ce soir de changer nos pendules, l’heure d’hiver arrive.

 

Dimanche 28, Tunis est en vue ;

Traversée sans histoire la cantine agréable. No problem. L’accostage a été un peu long  on prend soin  de ce beau bateau. Le débarquement  rapide mais les formalités polices et  douanières  interminables  rien de changé. La pluie abondante bénissait notre arrivée sur le sol tunisien  et lavait les routes par la même occasion.  Essuie-glaces jusqu’à Monastir où les derniers arrivés ont pointé à 23h45. Des serveurs sympas nous attendaient à l’hôtel Skanes Sérail.

 

Lundi 29, liaison Tataouine ;

Le p’tit dèj rapidement avalé, la colonne s’est mise en branle pour une liaison sur le goudron jusqu’à Tataouine. No problem mais la vigilance est au maximum, la conduite sur cet axe est proche du numéro de cirque. Rendez-vous hôtel Dakianus à Tataouine. Jusqu’à là tout va bien. Dîner et soirée impecs avec en prime, spectacle : démonstration de reptiles et autres fantaisies du désert ; scorpions, serpents et j’en passe.

 

Mardi 30, l'aventure commence, petite liaison ;

Toute l’équipe était pressée de partir afin de manger un peu de poussière. Seulement voilà ils n’ont pas bien écouté le briefing de Maître Jacky et peu d’entre nous ont visité le château Ksar Aloued Dabed. Pour info Kzar en tunisien veut dire grenier.  Cette immense construction est en bon état et actuellement en restructuration pour en faire un gîte. Voir les photos. Ensuite déjeuner  pique-nique au pied de la montagne Dahar renfermant un site troglodyte. Impressionnant. Départ tranquille un peu de sable histoire de se mettre en jambe pour demain. Premier bivouac à Zmilat contre l’erg oriental  du grand style. La technique est bien réglée.

 

Mercredi 31, Apocalypse now ;

Pliage du campement. Ce matin après le déjeuner et le briefing nous étions prêts à attaquer le cordon dunaire de Zmilat sud à 9h30. Température 25° toutes les autos sont dans les starting blocks. C’est parti. Le morceau est choisi et moins de 3mn après le départ, j’ai entendu le premier plantage à la radio. Hédi et moi-même avons stoppé afin de voir sortir les premiers véhicules de ces grandes dunes. Le vent commençait à monter. A la radio les raiders nous font savoir que le vent efface la trace au sol.  Le groupe d’ouverture s’est reconstitué et il était urgent d’attendre. Il était 10h. . . Nous avons fait un seating à 10h30. Nous sommes repartis et puis et puis. Pas de nouvelles de la « grande armée ». Ce premier cordon dunaire a été en terme sportif «  sélectif ». A 12h30, nous étions 7 véhicules regroupés, et, avons décidé de casser une petite croute. Le vent déjà fort amplifiait régulièrement. La Jeep jaune a été placée sur une petite colline de pierre afin de signaler notre présence à vue, quoique nous étions sur le tracking. A la VHF les commentaires allaient bon train. Le casse-croute plein de sable a été bien vite consommé. Nous avons repris notre guet du haut de notre colline ; (N32°49-941/E09°29-505) alt 263m. Vue imprenable sur ces dunes prédatrices. Et puis par petits groupes de 3/4 voitures le rassemblement prenait forme. Une bonne partie de l’équipe était regroupée vers 16h. A l’unisson le petit groupe a pris possession du terrain du côté de El Mida. Il ne manquait que Jacky et ses compagnons de voyage, qui en bon Samaritain remorquait un petit camion. La tempête s’est calmée vers 18h comme si tout était réglé d’avance. Nous avions maintenant tous loisirs pour arranger notre campement et nous consacrer à la grande cérémonie de l’apéro bien mérité, et, en attendant nos égarés. A leur santé, prosit !

Et là ! Les évènements ont pris de l’ampleur !

La VHF n’arrêtait pas de nous déverser une interminable série de plantages. Vers 19h30, la décision est prise, chacun des équipages doit se prendre en charge, il n’y aura pas de soirée sous la tente avec ses agapes. A la demande de Jacky un pointage a eu lieu. Au campement 27 équipages étaient présents et 13 dans les dunes. Tous identifiés. Les tankages et détankages étaient toujours à l’ordre du jour, et puis la casse s’est inscrite à l’ordre de la nuit. Un pilote lors d’un dévers a été légèrement commotionné, et il était difficile d’intervenir. Hédi est parti en Estafette,( pas Renault ) avec un petit quad à la rencontre de nos amis restés en plan. La nuit était bien installée. Christiane le docteur faisait partie de la petite troupe. La situation était maîtrisée. Doc Izar était en stand-by avec du matériel lourd pour intervenir, et grâce à Dieu il n’a pas eu à le faire. La tension au camp est retombée, quelques bruits de moteur encore, et à minuit notre bivouac improvisé était endormi. Les présents n’avaient parcouru que 16 Km dans la journée.

 

Jeudi 1er novembre, du sable ;

Réveil tranquille, chacun a assumé son p’tit dèj quelques équipages égarés ont regagné le campement. Les camions étaient en vue, mais l’approche difficile. Ils ont regagné le campement à 13h. Epuisés mais souriant, soit 24h après les premiers arrivés ! Jacky nous a relaté les péripéties de cette traversée dont une grande partie en sable blanc. Certains véhicules avaient souffert, les traces étaient étonnamment visibles, tout notre bataillon se rappellera longtemps de la boule d’attelage fichée dans le pare-brise de l’Eurocargo ! Quelle aventure.

Les consignes données, changement de programme! Nous étions prêts à partir en direction du camp de Hédi. Ceux qui avaient passé la nuit au campement, frais et dispo piaffaient d’impatience et les moteurs tournaient. C’est une colonne serrée qui est de nouveau partie à l’assaut des dunes afin de rejoindre le tracking après la montagne noire. Au bout de la piste nous attendait, le grand cordon dunaire de sable orange, magnifique. Les dromadaires nous regardaient passer, comme chez nous les vaches regardent passer les trains. Magique ! Pas ou très peu de plantage, ça commence à venir. Ces grandes dunes franchies, la récompense est au bout de la trace, dans la cuvette le campement d’Hédi est là, magique. Chacun s’installe à sa convenance, certains ont même des habitudes, (ils se reconnaîtront). L’heure de l’apéro a sonné après que le soleil se soit effacé derrière les dunes. Le diner préparé par la famille Gross est impec ; un grand salut à eux, pour cette prouesse d’improviser un diner pour 100 personnes. Chapeaux bas la compagnie. Nous étions à Dekmis Sghir. Dodo car demain sera une grande journée, direction le Lac.

RAID 4X4 TUNISIE EQUIPRAID

Vendredi 2, encore du sable ;

Dès 5 heures le camp s’éveillait, il faisait encore noir mais peu importe les collines étaient déjà visitées par des promeneurs solitaires seulement armés d’une pelle. La troupe était prête pour un départ prévu à 8h. No problem. Belles dunes pour sortir du camp, impec presque un sans-faute. Nos impétrants devenus novices progressent à grands pas. La maitrise est pour bientôt. La bonne humeur est là, ça roule, ça chante et les radios ne donnent que de bonnes nouvelles. Sur la piste nous saluons nos amis en panne depuis la veille avec leur Unimog. Toujours égaux à eux-mêmes Christophe et Nadine assument. Un roulement dans le réducteur du pont arrière est cassé, et heureusement la pièce est dans le stock de rechange embarqué, à regrets nous les laissons sur la piste. Coucou montera donner un coup de main dans la matinée. Il faut dire aussi que certains équipages sont restés au camp, puisque nous revenons le lendemain. Mécanique oblige. Roulez roulez tout va bien, le déjeuner est vite avalé dans un immense erg au pied d’un cordon dunaire d’une rare beauté. Le soleil est là bien sûr. Le ciel d’un bleu extraordinaire que même Michel-Ange n’aurait su reproduire coiffe les dunes de sable de couleur orangée, que du bonheur. Jusque-là tout va bien nos roues absorbent toutes les fantaisies montées, descentes, trous et bosses ; le pied quoi !

Nous étions tous heureux à la perspective d’arriver au lac et de s’octroyer un peu de bon temps bien mérité. Manque de pot, les choses se sont gâtées. . .  Des cordons dunaires de bonnes catégories ont considérablement ralenti notre bonne marche, une partie de la trace a été bien difficile. Nous étions pugnaces et comme disait un copain ; « Veni vedi vici «. Le Lac était en vue, descente et le stop s’est fait autour de 18h. Impec. La routine est de rigueur, installation du camp, toilette, on se fait beau. Premier apéro dans les groupes constitués ; et la causette va bon train. Ensuite la grande messe autour des camions de l’assistance, ou la famille Gross sévit encore une fois en nous élaborant une grande salade de riz avec plein de trucs et machins qui nous font saliver d’avance. Il y a à boire donc No Comment. Chacun dîne à sa convenance certains avaient amené leur chaises les autres ont mangé par terre assis en tailleur dans le sable, l’assiette à la main. La vie de château, quoi ! Jacky nous apporte la bonne humeur par un briefing dont il a le secret. Le départ se fera demain à 7h car il y a du grain à moudre. Personne n’a trainé, tout le monde au dodo. Nous étions à Huidhat er Reched.

 

Samedi 3, départ du lac toujours du sable ;

Tout comme hier, le camp s’active de bonne heure. Chaque équipage est autonome pour le petit déjeuner et c’est à 7h10 que nous nous arrachons ! Ceintures attachées, réservoirs complétés et l’œil vigilant nous attaquons du beau sable, mais celui-ci ne veux pas en découdre facilement et à 8h les radios crépitent ; gros plantage ! C’est le prix à payer pour traverser ces grandes dunes. Combien en avons-nous passé, personne n’a compté. Il faut dire que chaque grimpette négociée était récompensée par des descentes vertigineuses, difficiles à expliquer à ceux qui ne les avaient pas dégringolées. Des descentes dignes de grands Scenics Railway des parcs d’attractions américains. Ces paysages extraordinaires nous ont occupés toute la matinée. Montées, jardinage, descentes et arrêts photos, que de grands moments. Le groupe coupé en deux pendant la pause pique-nique a repris les hostilités après s’être regroupé au pied de la montagne Timbaïne. Un peu de piste pour accéder au coin du parc zoologique en cours de réhabilitation. Cet endroit de montagne tabloïde recèle de fossiles et bien évidement nous avons fait la cueillette. Corail, mollusques coquillages de toutes sortes et, cristal de roches. C’est Fabien l’heureux gagnant de cette récolte avec un genre de gros escargot fossilisé de la taille d’une grenade (à manger). Bravo l’ami. Nous avons enchainé sur une trace de dunette qui n’en finissait pas, à petite allure obligée, sinon risque de casse ! Au détour d’une dunette un fennec était lové devant son terrier et Hédi m’a fait stopper. Il ne bougeait pas manque de chance le véhicule suiveur est arrivé un peu vite et l’a fait fuir, dommage. Nous avons fait un beau détour de façon à rallier la grande piste, obligé sinon la ligne droite aurait été pénalisante, nous attaquions toutes les dunettes de face ! La grande piste n’était pas loin et dans un changement de cap nous avons perdu le team Gross ! La radio était rassurante, pas grave. La grande piste était là et nous avons pu lâcher les chevaux  (pas tout le monde) ! Douze Km plus loin le camp d’Hédi était là dans la grande dépression. Les sédentaires nous ont salués avec tout le respect qui était de rigueur aux grands vainqueurs de ce combat des sables. Installation, la routine maintenant, et dîner de gala avec le folklore tunisien musiciens danseuses. Au menu soupe, brique à l’œuf, couscous légumes et grenades au dessert. Impec. Recrus de fatigue les guerriers n’ont pas tardé à rejoindre leurs couches respectives. Demain relax.

 

Dimanche 4, vous avez dit sable ;

C’est dimanche et tradition oblige  « grasse matinée » ; normal quoi. Petit déjeuner tranquille il ne manquait que des soigneurs ou soigneuses pour se refaire une totale santé.

Un grand moment ensuite, la séance photo de groupe pour immortaliser cette expédition. Chacun avait gardé en réserve le tee-shirt de l’année pour afficher le millésime (beige sable) 2012. A la suite, plusieurs traces nous étaient proposées. Le groupe de tête ne regrette pas d’avoir choisi, devinez quoi ? Les dunes bien sûr ! Nous étions au 5° jour de sable l’équipe est au point et il n’y a plus d’attente. Du grand style avec figures imposées par Hédi qui ne nous a pas ménagés. Lors d’un arrêt (petit besoin), Hédi à capturer un poisson des sables ! Nous l’avons ramené au campement de Kzar Ghilane afin de montrer nos trophées de chasse. Peu de km ce jour, pique-nique à notre convenance, et, passage obligé au fort près de l’oasis. Photos de cette ruine romaine installée sur le haut d’une colline et surplombant l’immensité des dunes, impressionnant. Il aurait été trop facile d’aller directement à l’oasis. Hédi nous a détournés afin de nous montrer un puits, quinze mètres de profondeur de l’eau claire, fraîche et potable, j’en ai bu ; good, même pas malade ! Notre guide nous attendait au virage, et nous nous sommes tous plantés y compris le Navara. Nous l’avions bien cherché. L’oasis de Kzar Zilane ; toujours le même, son folklore, sa source d’eau chaude et piscine naturelle, un vrai régal. Tous les enfants étaient là, les grands enfants aussi.

Ce soir-là c’était la fête, fête Italienne, tous les camions étaient décorés aux couleurs de l’Italie vert, blanc, rouge. Des drapeaux des banderoles rien ne manquaient. Un apéro de grande classe avec musique qui va bien et tout à l’avenant dans ce campement appelé « Le Paradis ». Eugène, Andréa et toute la famille étaient dans les gamelles pour nous allécher une fois de plus. Une réussite de grande envergure arrosée de vin Italien. Chapeaux une de plus les Amis Gross. L’apothéose de cette soirée nous a été proposée par Maître Jacky. Chaque équipage, chaque personne ont été salué pour ses performances, anecdotes, et toutes astuces qui ont fait les bons moments de ce raid. Les applaudissements étaient là, quelques larmes aussi. Un grand salut à nos amis en situation de handicap, ils ont du mérite, tout le monde le sait et le partage. Cette soirée de clôture partielle était nécessaire car dès le lendemain  des retours étaient déjà programmés. Alors, il fallait partager nos sentiments. Merci Monsieur Jacky. Quel dimanche !

RAID 4X4 TUNISIE EQUIPRAID

Lundi 5, Dunes et pistes : liaison ;

Dans le campement «  Le paradis », de Kzar Ghilane le moral pour le petit déjeuner n’était pas au top. Nos routes allaient se séparer et les embrassades n’en finissaient pas. Certains remontaient direct sur Hammamet et les baroudeurs restant avaient, comme proposé la veille 5 alternatives pour rallier Douz ! Peu importe la trace choisie toutes les routes mènent à Douz. Journée moitié dunes moitié pistes. Hédi nous a remis dans le sable avec passage au puits maçonné. Arrêt déjeuner au café des «  Portes du désert » que tout le monde connait déjà, et toujours sympa. Et puis un beau morceau de sable blanc avec un Schott que seul Hédi peut négocier. Au bout de cette trace Douz est en vue. Encore quelques tours de roues dans le sable, ce sont les derniers, et au « rond-point de la couverture », le goudron est là, beurk ! L’hôtel « El Mouradi » est à 200m. Toujours aussi beau, eau, gaz, électricité à tous les étages, nous sommes revenus à la civilisation.

L’installation est vite faite, nous y avons nos habitudes. Dîner et soirée relax, ce fut une bien belle journée encore. Toute la petite troupe est fatiguée, dodo de bonne heure, demain sera un autre jour. Bonne nuit les petits, le marchand de sable va passer ; il a bien vendu !

 

Mardi 6, Douz ;

«  Qu’il est doux de ne rien faire quand tout s’agite autour de nous » ; les Anciens s’en souviennent ?

Journée touristique, le calme nous accompagne dans cette bourgade. La matinée est réservée au magasinage (soukage en termes de pays). Déjeuner en ville impec, bricolage et retour à l’hôtel pour une vraie sieste. Piscine, soleil et bonne température. La journée idéale pour la définition du farniente !

A propos, un peu de culture ;  Pourquoi cette bourgade s’appelle DOUZ ?

Du temps de la colo les régiments installés se dénommaient par N°. Le douzième bataillon était dans cette zone. Tôt ce campement a pris de l’importance et toute la région se déplaçait pour aller voir le douzième et puis l’évolution a fait que l’on allait à DOUZ. Car Douz en arabe ne veut rien dire !

 

Mercredi 7, liaison Douz - Hammamet ;

Par petits groupes nous sommes partis de bonne heure abandonnant Douz et son sable ! Pour diverses raisons nous avons choisi de prendre la route du sud. La grande ligne droite de 70Km nous conduit jusqu’à Matmata dans la montagne, super beau ce petit village perché avec ses maisons troglodytes, mais nous n’avions plus le temps de jouer les touristes. Les Km étaient devant nous et il fallait tout avaler. Nos voitures avaient retrouvé le goudron, il fallait se refaire à cette conduite que nous avions bien vite oublié, au profit d’une autre ! Pique-nique au gré des équipages il y en a même qui sont allés sur la plage avant Sfax, même qu’ils se sont baignés, et toc ! Les vacances n’étaient pas encore terminées. La tourmente routière était de nouveau à l’ordre du jour, et les kamikazes fusaient de partout, avec quel objectif ? Le paradis peut-être ! Pour nous donc prudence et vigilance, nous montions plein nord. Autoroute désormais, sympa ça change, et sortie « Hammamet Nord », les anciens connaissent bien direct hôtel «  Le Sultan ». Facile d’accès, la classe, nous entrons dans la quatrième dimension. Pas besoin de faire l’éloge de cet établissement, l’essayer c’est l’adopter. Chacun n’emmènera que de bons souvenirs. Le diner/buffet est irréprochable et la soirée tout à l’avenant. Musique et danse au grand bar. Quelle danse, notre ami Yves a été l’otage (bien consentant) de cette belle grande et brune orientale qui a su l’espace de quelques instants l’envouter dans une danse du ventre. Yves s’est laissé dévêtir (le haut) en nous révélant son torse viril. . . En échange la belle danseuse à proposer son généreux décolleté, à regarder ! Ouah ! On se calme au dodo.

 

Jeudi 8, nous jouons les touristes ;

Hammamet cité balnéaire de la côte « est », est la ville touristique par excellence. Chacun a occupé la journée à sa guise. Visite et petits achats dans le souk et balade dans la médina. Le soleil est là et le déjeuner en terrasse de restaurant des plus sympas. Il ne fallait pas oublier les possibilités de notre bel hôtel, piscine, massages dispensés par un personnel ad hoc ! Et la petite plage. L’heure du dîner a sonné, no comment. Et puis quelques mélomanes ont fait cercle autour de la pianiste dans le hall. Chacun a demandé son petit air favori. Nous l’avons encouragée, elle a appréciée son public. Nous étions sous le charme, elle a compris, elle s’est lâchée. Grand moment. Elle a clôturé par du Mozart et Gershwin. Nous lui avons fait une standing ovation. Alain l’a invité à notre prochain raid. . .

RAID 4X4 TUNISIE EQUIPRAID

Vendredi 9, cela aurait pu être une journée banale ;

Le team Equip’raid a quitté Le Sultan entre 9 et 10h direction Tunis. Bye bye Hammamet. Autoroute, nous faisons le plein de nos réservoirs afin de bruler ce précieux carburant (moins cher) sur les routes de notre doulce France. Le port de la « Goulette » nous attend. Formalités classiques, nous commençons à avoir l’habitude. Nous étions sous douane et là, surprise « grève du personnel naviguant », impossible d’embarquer ! La police et la douane regardaient ce mouvement syndical de loin, ils ne pouvaient intervenir bien sûr. . . .Des bruits circulaient que cela pouvait durer 3 ou 4 jours ! Il y a eu une demi-heure de flottement. L’inter syndicale Equip’raid s’est mise en branle, haut les cœurs, nous aussi on ne se laisse pas faire.  La famille Gross à jouer au DJ, musique à donf ! Et tout le monde s’est mis à danser, chanter. D’autres passagers se sont joints à nous. Les applaudissements, cris et sifflets résonnaient dans la gare routière, du jamais vu. Le folklore Alsaciens a bien plu car même les Tunisiens sont entrés dans la danse. Un vrai délire couronné par une farandole avec fauteuil roulant de Jim en tête. Est-ce le phénomène Equip’raid qui a découragé les manifestants, nul ne le saura, mais leur piquet de grève n’aura duré que 2 heures. Magique ! Margot était de la fête, ses pneus chauffaient son anniversaire s’éternisait. Bravo nous tous. Accès au ferry, prise de cabines, apéro dîner des séquences maintes fois répétées parfaitement exécutées, le tout sur une mer calme.

 

Samedi 10, débarquement ;

La mer était calme, toute la troupe a bien dormi. Le reste à l’avenant petit déjeuner, déjeuner et promenade sur le pont. Dernier briefing du boss. Le moment tant redouté est arrivé, celui des « au revoir », les yeux étaient humides en prélude à ce qui nous attendait dehors ; le déluge. Dislocation du cortège, on ferme la parenthèse, a-t-on rêvé ?

 

récit de Bernard

 

 



EQUIP'RAID VOYAGES

LICENCE AGENCE DE VOYAGE N°IM068110007

Equip'Raid voyage vous fera vivre un raid 4x4 plus que parfait, que ce soit dans le désert, savane, parc naturel, ou dans la neige. Faites de votre raid tout terrain une expérience unique en visitant les plus belles destinations qui ne vous laisseront pas indifférents, comme le Maroc, la Tunisie,  le Canada, les Etats Unis, (raid 4x4, raid quad, raid moto, raid camion, moto neige ...). Pour les baroudeurs, profitez aussi des voyages à la carte, des circuits 4x4 et des circuits off-road toute l’année. Découvrez le côté sauvage de la terre en passant par la Namibie, le Botswana, la Zambie, le Madagascar ou encore l'Australie. Raid, Safari et circuit, ce sera à vous de choisir le programme et nous nous occuperons de l'organisation. 

Nos raids incontournables : raids 4x4 Maroc pas cher ; Raids 4x4 Tunisie pas cher.
Nos services : Bivouac, location 4x4 ; location matériel camping ; location matériel de navigation 4x4 ; location matériel de sécurité…